Céline Romain, l’entrepreneuse qui accompagne les entrepreneurs sociaux
Entrepreneuses responsables

Céline Romain, l’entrepreneuse qui accompagne les entrepreneurs sociaux

Il y a dix ans, Céline Romain quitte un CDI afin de promouvoir l’Économie Sociale et Solidaire (ESS). À ce moment-là, elle se rend compte de ce qu’elle veut vraiment faire : accompagner les entrepreneurs sociaux à développer leur entreprise ! Rencontre avec une femme dynamique et inspirante.

Céline Romain, l’entrepreneuse qui accompagne les entrepreneurs sociaux

Bonjour Céline, avant de commencer, pourrais-tu nous en dire plus sur toi ?

Bonjour Clémentine. Je m’appelle Céline Romain. Je travaille dans l’économie sociale et solidaire depuis une dizaine d’années. Depuis 2013 je travaille à temps plein pour Rurban Coop, ma coopérative d’Activités et d’Emploi. Une partie de mon travail consiste à gérer l’entreprise mais j’accompagne également les entrepreneurs de la coopérative dans leur projet. Grâce à la coopérative d’Activités et d’Emploi, les entrepreneurs sociaux peuvent créer et développer leur entreprise dans un environnement sécurisé.

C’est génial ! Peux-tu nous expliquer rapidement comment fonctionne une coopérative d’Activités et d’Emploi ?

Il y a 3 phases. Premièrement l’accompagnement. On aide l’entrepreneur à monter son projet. Puis il devient salarié de la structure. C’est-à-dire qu’il est payé chaque mois selon son chiffre d’affaires. Après 3 ans dans la coopérative, on propose à l’entrepreneur de devenir sociétaire. S’il n’accepte pas, il doit quitter la coopérative. Bien sûr notre objectif c’est de les fidéliser ! Aujourd’hui, nous avons une soixante d’entrepreneurs dans la structure et nous sommes 20 associés.

Comment en es-tu arrivé à créer et gérer une coopérative d’Activités et d’Emploi ?

Il y a une dizaine d’années, j’étais commerciale. J’avais un bon poste et j’étais en CDI. Mais ça ne me convenait plus. J’avais la volonté de donner du sens à mon travail. Et j’ai découvert l’économie sociale et solidaire.

J’ai quitté mon CDI pour un poste en CDD afin de promouvoir l’ESS et j’ai compris que c’était ce que je voulais faire !

C’est à cette période que je découvre l’existence des coopératives d’Activités et d’Emploi. Et quelle bonne idée ! Mais il n’y en avait aucune en Seine et Marne, où je vis. Je trouvais ça vraiment dommage de ne pas avoir d’espace pour promouvoir l’ESS sur mon territoire. Je voulais vraiment développer mon département. Alors je me suis dit : arrête d’attendre que ça arrive et fais-le !

J’ai commencé à travailler sur le projet en novembre 2009. Mais la coopérative n’a été créé qu’en décembre 2011. Je savais que monter une coopérative demanderait du temps. Juridiquement, c’est assez lourd comme type de structure et surtout ça demande des financements publiques pour démarrer. Alors, j’ai continué à travailler à côté, en attendant que la coopérative soit bien lancée. Je travaille à plein temps pour la structure seulement depuis 2013. Il aura fallu 4 ans pour que le projet sorte de terre.

Tu aides les entrepreneurs sociaux à monter leurs entreprises, pourquoi as-tu choisi cette voie ?

Je voulais être avec les gens et co-construire des choses avec eux. J’ai envie de partager et d’avancer main dans la main avec d’autres personnes. Ça donne un vrai sens à ma vie.

Je veux convaincre les gens que l’on peut réussir en travaillant ensemble, dans un bon esprit de collaboration.

Que souhaites-tu apporter aux entrepreneurs que tu accompagnes ?

Les entrepreneurs qui viennent me voir manquent souvent de confiance en eux. Mon kiff c’est de transmettre cette confiance en soi qui leur fait défaut. Je veux que les entrepreneurs de ma coopérative comprennent qu’ils ont une vraie valeur, et pas seulement une valeur financière !

As-tu déjà rencontré des difficultés en tant que femme entrepreneuse ?

Un peu, au début. J’ai essuyé quelques remarques sexistes, parce que j’étais une femme mais surtout parce que j’étais jeune. D’ailleurs, je pense que le plus problématique au départ, c’était mon âge. Mais je ne m’en suis pas formalisé. J’ai prouvé que j’avais toutes les raisons de faire ce que je fais.

Quelle est ta plus grande réussite ?

Rurban Coop est la première coopérative d’Activités et d’Emploi à être indépendante financièrement ! Nous ne dépendons plus des subventions de l’État pour accompagner les entrepreneurs sociaux. Mais personnellement, ma plus grande réussite, ça reste mes filles.

Pour moi, une bonne communication doit très humaine et transparente. Qu’en penses-tu ?

Au départ, on était mauvais sur la partie communication. Mais malgré tout, on avait de bons retours parce qu’on avait une communication honnête et humaine. Aujourd’hui on essaye d’aller vers une communication un peu plus professionnelle. Mais on veut toujours donner du sens à ce qu’on partage. On n’est pas là pour faire du buzz. On veut que notre communication reste humaine.

Et pour finir, que peut-on te souhaiter pour cette année 2018 ?

Que nos projets se réalisent et que l’on continue à être ce que l’on est !

Merci Céline de t’être prêté au jeu de l’interview. Et si tu es un(e) futur(e) entrepreneur(euse) social(e) dans la Seine et Marne, tu peux retrouver Rurban Coop sur son site internet ou sa page Facebook !

céline-romain-pinterest

Découvrir les coulisses de ma vie de freelance ?

Write a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.