Anaïs Lainé, une architecte et décoratrice éco-responsable
Entrepreneuses responsables

Anaïs Lainé, une architecte et décoratrice éco-responsable

Lier entreprenariat et éco-responsabilité, c’est possible ! Depuis 7 ans, Anaïs Lainé est architecte et décoratrice d’intérieur. Au lancement de son entreprise, elle travaillait pour des projets luxueux. Mais elle s’est rapidement rendu compte que cela ne lui correspondait pas, tant au niveau social qu’éthique. Alors, Anaïs a pivoté vers ce qui l’a fait vibrer : l’éco-habitat ! Rencontre avec une entrepreneuse responsable et inspirante.

Anaïs Lainé, une architecte et décoratrice d’intérieur éco-responsable

Bonjour Anaïs. Avant de commencer, pourrais-tu te présenter ?

Bonjour ! Je suis Anaïs Lainé. Je suis architecte d’intérieur et je crée du mobilier et de la décoration en bois de récupération, pour un habitat totalement éco-responsable ! J’ai commencé il y a 7 ans comme décoratrice d’intérieurs. Puis je me suis formée pour devenir également architecte d’intérieur. Au départ, je travaillais pour une clientèle plutôt aisée mais ça ne me correspondait pas. Socialement et éthiquement.

En 2012, avec mon mari, on achète une très vielle maison. On n’a pas énormément de budget pour la rénover alors on utilise beaucoup de matériaux de récupération et des matériaux écologiques. Ma maison, c’est un peu mon terrain de jeu, ma zone de test. C’est à ce moment-là que j’ai compris.

L’éco-habitat fait parti de mon ADN. Il faut que ça soit au cœur de mon entreprise.

anais architecte eco responsable
© Alice au pays de la photo
Aujourd’hui, tu es chef d’entreprise. Comment en es-tu arrivé là ?

J’ai loupé mon bac, à très peu de point. J’ai repiqué ma terminale pour essayer de l’avoir. Mais je m’ennuyais en cours. La gestion, la comptabilité, très peu pour moi. Je vivais déjà avec mon mari à l’époque et il fallait bien payer le loyer. Alors, j’ai quitté le lycée et je suis allée travailler à Botanic (une jardinerie naturelle). Je faisais régulièrement la décoration des rayons du magasin et je m’éclatais ! Je faisais ce que m’animait depuis mon enfance : la décoration. Quand j’étais petite, je refaisais la déco de ma chambre tous les deux mois ! Bref, j’ai travaillé trois ans à Botanic avant de quitter l’entreprise. Puis, pour aller plus loin, j’ai suivi une formation de design d’intérieur durant 3 ans.

Entre temps mon père a monté sa boîte dans le bâtiment. Il m’a formé pendant 4 ans dans ce domaine. Je pensais aussi à monter mon entreprise mais j’avais peur de me lancer. Alors, j’ai retrouvé un travail alimentaire. C’était l’enfer ! J’ai très rapidement senti le burn-out arriver. Et là j’ai compris : soit je suis responsable d’un magasin et ça fonctionne comme je l’entends, soit je suis salariée et je serais toujours déprimée. La décision était prise. Il fallait que je me lance.

Le lendemain de la fin de mon CDD , je montais mon entreprise !

J’ai passé toutes mes nuits durant 1 an à développer mon entreprise. J’ai réalisé mon étude de marché, ma stratégie de communication, mon site web, mes flyers, tout ce dont j’avais besoin avant de lancement. À l’ouverture en juin 2011 j’avais déjà 3 clients ! On était en Isère et ça marchait plutôt bien. Puis on a acheté une maison en Savoie. Je suis également tombée enceinte. Alors, entre les travaux et le bébé, j’ai mis mon entreprise en stand by pendant 2 ans.

Pendant ces 2 ans, je me suis beaucoup intéressée au Feng Shui. Je me suis formée car je voulais l’intégrer à mon entreprise. Alors j’ai retravaillé le concept pendant 6 mois ! C’était un gros chamboulement pour que mon entreprise représente ce qui me colle à la peau : l’architecture et la décoration d’intérieur éco-responsable. Fin 2016, je me lance un nouveau défi : devenir créatrice/valoriste de mobilier et de décoration uniquement en bois de récupération. Je monte donc une deuxième structure. Et ça fonctionne super bien ! Ça me permet de relancer mon activité d’architecte d’intérieur. Alors à l’été 2017, je prends la décision de regrouper mes 2 activités sous le même nom : CréANAture.

Aujourd’hui, je conjugue mes connaissances en bâtiment, en architecture, en décoration d’intérieur et en Feng Shui pour imaginer des intérieurs respectueux de l’environnement où il fait bon vivre.

exterieur éco responsable
Pour ceux qui s’interrogent (je vous vois), comment un habitat peut-il être éco-responsable ?

Un habitat éco-responsable respecte les pratiques et les matériaux ancestraux éprouvés, tout en utilisant des matériaux écologiques modernes comme des panneaux solaires. Tous les aménagements et décorations sont bio ou labellisés, issus du recyclage. Tous les matériaux sont recyclés ou recyclables avec une faible empreinte carbone. Bref, tous les détails sont réfléchis et éco-responsables.

Tu réalises des habitations éco-responsables, mais pourquoi as-tu choisi cette voie ?

C’est venu naturellement. Ça fait partie de moi. J’ai toujours été très proche de l’environnement. Je vivais presque cul nu dans la nature quand j’étais gamine ! Puis en construisant ma maison, j’ai vu ce que l’on pouvait faire avec de la récup. J’ai constaté que c’était plus économique mais surtout, que je faisais un geste pour la planète. Les gens commencent à s’éveiller sur le sujet de mieux consommer, mais on reste encore peu nombreux dans l’éco-habitat.

Je veux prouver qu’une maison éco-responsable n’est pas réservée à une élite qui peut se procurer des matériaux bio.

Oui, ça coûte peut-être plus cher à l’achat mais les matériaux éco-responsables tiennent plus longtemps dans la durée.

Que souhaites-tu apporter à tes clients ?

Un intérieur qui colle à 100% à leur image, dans un environnement sain et non-polluant, agencé grâce au Feng Shui. J’aime avoir une véritable relation avec mes clients pour pouvoir leur proposer un projet qui leur ressemble entièrement.

création éco responsable
Rencontres-tu des difficultés dans ton boulot parce que tu es une femme entrepreneuse ?

Le BTP est un milieu assez macho où les femmes n’ont pas encore trop leur place. Alors, il faut savoir s’imposer. Il faut faire ses preuves et se faire respecter. Mais j’ai réussi à m’imposer dans cet environnement masculin parce que j’avais confiance en moi. J’ai travaillé d’égal à égal avec une équipe de mecs. Et puis j’ai eu de la chance, j’ai trouvé un super associé. Il me comprend, respecte mon travail et surtout me suit dans mes délires !

Quelle est ta plus grande réussite ?

Le sourire et le bonheur de mes clients à la réception d’un chantier. À ce moment-là, je suis complètement accomplie !

J’ai une vision de la communication très humaine et transparente. Quel est ton point de vue sur le sujet ?

Faire le buzz simplement pour faire le buzz est inutile. Ça ne t’apporte rien dans le temps. Mes abonnés sur Facebook sont venus liker ma page d’eux-mêmes car ils aiment mon travail, ma façon d’être et mes valeurs. Pour moi, la communication c’est très personnel. Il faut montrer qui tu es pour que tes clients te fassent confiance. Je ne raconte pas ma vie privé mais j’aime partager mes petits bonheurs avec mes clients. J’ai une communication qui reflète qui je suis.

Dernière question, que peut-on te souhaiter pour 2018 ?

Que mon projet d’éco-habitat se développe encore. Mais j’aimerais surtout que cela se développe plus sur le plan national. J’aimerais aider la population à changer de point de vue sur l’impact environnemental de la consommation et de l’habitat. Les convaincre qu’en consommant, rénovant ou bâtissant éco-responsable, les bienfaits sur l’environnement sont bénéfiques à tout point de vue (santé, budgétaire etc). Et bien sûr, en tant que maman, je souhaite participer à préserver et redévelopper un environnement sain pour les générations futures.

Et je ne peux que lui souhaiter ! Merci Anaïs de t’être prêté au jeu de l’interview. Et si tu rêves d’une maison à ton image et éco-responsable, tu peux retrouver Anaïs sur son site web ou sa page Facebook !

anais-laine-pinterest

Découvrir les coulisses de ma vie de freelance ?

Write a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.